dimanche, 14/07/2024
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

24/08/2023 13:15 959
Rating: 0/5 (0 votes)

À travers les études sur les anciennes tombes de la culture de Dong Son, on peut voir que la mode d’inhumation pratiquée par les Dongsoniens est assez riche et adaptée aux terrains écologiques du peuple de Dong Son. Ceux-ci usaient de divers modes de sépultures: inhumations dans les fosses (mộ huyệt đất) avec le décédé en position allongé ou accroupie, sépultures en cercueils-piroques (mộ thuyền), sépultures en jarre de bronze ou tambour retourné (mộ vò). Parrallèlement, l’enterrement des objets d’accompagnement montre que les Dongsoniens croyaient que la mort était la fin de la vie dans ce monde et le début d’une nouvelle vie dans l’autre monde.

L’existencce post-mortem est semblable à la vie réel, les morts doivent encore travailler, vivre et se battre. Ainsi, dans toutes modes d'inhumation, les Dongsoniens pratiquaient également les mêmes rites funéraires, qui consistent à enterrer avec les morts des objets d’accompagnement tels que des artefacts de ménage, outils de fabrication, armes, instruments de musique, bijoux, etc. Parmi les types de sépultures mentionnés ci-dessus, la sépulture en cercueils-piroques est une caractéristique typiques des coutumes funéraires du peuple de Dong Son.

En fait, le tumulus en forme de piroque de Dong Son s’était développée en trois étapes. Au stade précoce, le cercueil était enterré dans le sol, le cercueil en bois avait une section transversale ronde- presque ronde, cet artefact a été trouvé presque intact, avec une section ronde. Il était divisé en deux partie: un corps et une couvercle, et le mort était enterré avec de nombreux objets en bronze. Le cercueil de Viet Khe représente non seulement cette période précoce, mais également, un exemple typique des pratiques funéraires des Dongsoniens dans les zones basses du delta du Nord.

En 1961, sur les chantiers d’excavation de Viet Khe (hameau de Ngoc Khe, commune de Phu Ninh, district de Thuy Nguye, Hai Phong), les ouvriers ont découvert 5 tombes anciennes avec des cercueils en forme de piroque, répartis sur une superficie d'environ 400m2, à une profondeur de 1,5 à 2m dans un champ au bord de la rivière Han. Parmi ces 5 tumulus, celui de Viet Khe M2 est la plus grande et le plus précieux car dans il contient plus de 100 objets funéraires.  Il s’agit d’un cercueil en forme de piroque considéré “extrêmement précieux” car c’est le cercueil le plus grand et le plus intact avec de nombreux objets d’accompagnement rares et précieux parmi les tumulus en forme de piroque de Dong Son découverts au Vietnam. Bien qu'il n'y ait aucune trace des restes, mais les objets d’accompagnement dans le cercueil presque intacts. Ce cercueil a été découvert à une profondeur d’environ 1,5 m. Ce tumulus est une sorte de cercueil fabriqué d’un tronc d’arbre évidé. Il a été trouvé presque intact, avec une section ronde. Il était divises en deux parties: un corps et une couvercle. Il mesure 4,76 m de long et 0,6 m de haut. La face intérieure du cercueil évidé était très régulière et belle, mais aucune trace de fabrication n’était pas trouvée à la face extérieure du cercueil (source://baotanglichsuquocgia.vn/vi/Articles/1001/28546/bao-vat-quoc-gia-viet-nam-mo-thuyen-viet-khe.html – TS. Nguyễn Văn Đoàn)


Le cercueil en forme de piroque de Viet Khe lors des chantiers d’excavation de Viet Khe, hameau de Ngoc Khe, commune de Phu Ninh, district de Thuy Nguyen, ville de Hai Phong en 1961.

Ce tumulus contient les plus objets d’accompagnement dans la culture de Dong Son, avec plus de 100 objets, y compris des artefacts en bronze, en bois, en cuir peint, mais on n’y trouve pas d’objets en fer et en poterie. Ces objets d’accompagnement étaient disposés comme suit: des objets de grande taille: tambour, situle, vase, pairol disposés à la grande extrémité; à la petite extrémité du cercueil, ce sont des outils comme hache, lance, épée, poignard; au centre du cercueil, ce sont la place de cloches, plateaux, terrines, un fragment de cuir teinté; le long du cercueil, on trouve des lances, rames en bois; il y a des objets maillés, des tissus pourris trouvés au fond du cercueil. Parmi ces objets d’accompagnement, outre les objets typiques de la culture de Dong Son, on y trouve des objets reflétant l’interaction, l’échange culturel comme épée, cloche, poignard ou plateau. Cela montre que ce tumulus est très précieux et significatif, car il donne une preuve la plus visuelle et la plus vivante de la vie culturelle et spirituelle des anciens Viet, environ 2 500 à 2 000 ans avant notre ère.

 
Un plateau en bronze.
 
Une cloche en bronze.

De plus, dans le tumulus de Viet Khe, on trouve certains objets très originaux.  C’est le  cas d’une louche en bronze en forme de courge dont son manche est formé par une statuette portant une personne sur le dos et jouant de la flute. Une échantillon en cuivre unique de forme similaire à celle d’une brosse à dents moderne de 19 cm de long; et quelques autres artefacts, un morceau de tissu, rectangulaire ou carré, posé peut- être sur le devant de la poitrine des soldats pour qu’ils évitent le danger, laqué de différentes couleurs, ou des pagaies en bois peintes en rouge, des lances avec lames et poignées intactes. Ces objets nous aident à mieux comprendre de nombreux aspects de la vie sociale du peuple de Dong Son, notamment, les matériaux utilisés dans certains métiers d’artisanat au Vietnam, comme le métier du cuir et de la laque.


Un artefacts en bronze.
 
Un fragment de cuir peint en couleurs.

En plus, il existe certaines armes comme des lances en bronze courbées consciemment, car des Dongsoniens croyaient que les objets des morts doivent être différents de ceux des vivants. Ou, des tambours à cette époque ne sont pas seulement un trésor funéraire, mais parfois, ils sont aussi brisés pour les rendre différents du tambour en bronze dans le monde, et à ce jour, certains lieux préservent encore la coutume de briser les objets funéraires, par exemple, dans les Hauts plateaux du Vietnam.

De plus, l’apparition de certains artefacts d'origine culturelle chinoise à la période des Royaumes combattants (Ve-IIIe siècle avant JC) comme des épées, des couteaux avec manches et quelques objets fabriqués sur place, mais représentant des caractéristiques introduites de Chine comme des vases à pieds hauts, des cassolettes sur trois pieds, ce sont des preuves éclatantes des échanges culturelles depuis longtemps de la culture de Dong Son avec d’autres cultures dans la région.


 Couteau avec poignée percée
 
Vase à haut pied.

En outre, les chercheurs pensent que l’inhumation des morts dans les cercueils en forme de piroque- une moyen populaire pour le transport fluvial, et à l’intérieur des cercueils se trouvent des rames, cela montre que la vie du propriétaire de ce tumulus était étroitement liée à la voie fluviale, avec l’idée de souhaiter continuer sa vie et ses habitudes dans l’au-delà.

Ainsi, le tumulus de Viet Khe est non seulement une source précieuse de matériel pour étudier les coutumes et les pratiques funéraires du peuple de Dong Son, la conception sur la vie humaine et la vie des morts dans les croyances spirituelles des anciens Viet, et selon les chercheurs, le nombre d’artefacts d’acompagnement enterrés, les types et la valeurs de ces objets, ont montré que le propriétaire du cercueil en forme de piroque de Viet Khe appartient à la classe sociale riche et noble. Cela montre que la société à l’époque de la culture de Dong Son était entrée dans une étape de différenciation, marquant la formation de classes. Outre les documents archéologiques en général, les documents sur les sépultures à l’époque de la culture de Dong Son ont montré la différenciation sociales, la répartition des fortunes, et puis, la formation des classes sociales, et le développement à un stade ultérieur de cette culture a conduit à la formation du premier État dans l’histoire du Vietnam- l’État de Van Lang, Au Lac.

MNHV

Shares: