dimanche, 03/03/2024
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

15/11/2023 14:59 414
Rating: 0/5 (0 votes)

Sur les rives du lac Turkana, en Afrique de l'Est, il y a environ 5 000 à 4 000 ans, les pasteurs enterraient leurs morts dans des cimetières communaux marqués par des cercles de pierre et des piliers. Les « sites piliers » du nord-ouest du Kenya ont été construits à peu près à la même époque que Stonehenge au Royaume-Uni. Mais ces lieux ont une histoire différente à raconter : celle de la façon dont les traditions mortuaires reflètent l'environnement, les comportements et les réactions des gens au changement.

Les lieux de sépulture sont apparus à une époque de changements environnementaux et économiques majeurs dans la région. 

Le Sahara, qui a reçu suffisamment de précipitations il y a 9 000 à 7 000 ans pour nourrir les populations de pêcheurs, de chasseurs-cueilleurs et d’éleveurs, était en train de s’assécher, provoquant le déplacement de groupes de personnes vers l’est et le sud. Même en Afrique de l’Est, le niveau des lacs baissait de façon spectaculaire ; les plaines herbeuses s'étendaient. Autour du lac Turkana, les gens ont commencé à élever des animaux en plus de pêcher et de se nourrir.

 
 
Gamme de minéraux et types de roches des perles de pierre de Jarigole. Cela comprend : A) la fluorite, B) l'agate, C) l'amazonite, D) le calcaire à grains fins, E) l'analcime, F) le calcaire brun orangé à grains fins, G) la cornaline, H) le calcaire rose orangé à grains moyens, et I) des perles assorties (c'est-à-dire du calcaire à grains fins, pisolitique et granulaire). Photo: Journal of Field Archaeology (2023). DOI : 10.1080/00934690.2023.2232703

Sur plusieurs sites piliers autour du lac Turkana, les archéologues ont découvert que des centaines de personnes étaient cérémonieusement enterrées sous de grandes plates-formes circulaires. Beaucoup de ces individus portaient des perles de pierre colorées remarquables, certaines dans le cadre de colliers, bracelets, boucles d'oreilles et autres bijoux portés, par exemple autour de la taille. 

Ces magnifiques ornements personnels comprennent de l'amazonite bleu-vert, de la zéolite rose tendre, de la calcédoine rouge foncé, de la fluorite violette et du talc vert, entre autres minéraux et roches.

Carla E. Klehm étudie les relations entre les humains et leur environnement, notamment en période de transformations économiques majeures, en utilisant des techniques scientifiques appliquées à l'archéologie. Elle a récemment dirigé une équipe d'experts en géologie et en archéologie dans la région pour mener la première analyse minéralogique complète des perles de pierre Turkana, publiée depuis dans le Journal of Field Archaeology.

L'objectif de leur étude était de découvrir quels types de minéraux et de roches les premiers bergers utilisaient pour fabriquer des ornements, et d'où provenaient ces matériaux.

Ce type d’informations peut renseigner les archéologues sur le rôle des artéfacts dans la société qui les a utilisés.

Les humains fabriquent et portent des perles depuis plus de 140 000 ans. Les perles sont l’une des formes de symbolisme les plus anciennes et sont souvent utilisées comme ornement dans une culture. Porter quelque chose sur son corps est un choix expressif qui peut avoir de nombreuses significations, telles que la protection, la reconnaissance des amitiés et des liens, le statut ou le rôle dans la société. Les ornements personnels comme les perles peuvent indiquer une compréhension culturelle commune.

L’analyse des perles présentes sur les sites archéologiques a montré que l'on peut en apprendre beaucoup de choses.

Sur les sites piliers Turkana, la tradition des perles de pierre était clairement importante, en partie à cause du nombre de perles trouvées accompagnant les sépultures, et en partie parce que la pratique a persisté pendant des centaines d'années.
Connaître la gamme de matériaux à aidé à comprendre l'utilisation du paysage dans le passé : où les gens étaient enterrés, où ils abreuvaient leurs animaux, les déplacements saisonniers pour le pâturage, les déplacements annuels spéciaux vers des lieux importants et autres déplacements. 

Les pasteurs ont enregistré ou marqué leur monde par ce qu’ils ont laissé derrière eux et ce qu’ils ont emporté avec eux. Les motifs dans la composition des collections de perles peuvent indiquer qu'il y avait une communication et un échange d'objets à travers la région.

 

Sur les six sites piliers fouillés par les archéologues, trois ont livré d'importants assemblages de perles de pierre : Lothagam North, Manemanya et Jarigole.

L'équipe a commencé par trier les perles de pierre par site et par types de minéraux et de roches.

L'étude a identifié les caractéristiques minérales de 806 perles de pierre. Ils ont examiné des propriétés telles que la densité spécifique, la structure cristalline et moléculaire, ainsi que les émissions caractéristiques propres à certains minéraux.

Ce qu'ils ont trouvé était un ensemble de perles étonnamment diversifié qui variait selon le site. Les caractéristiques visuelles de certaines perles (couleur, éclat, etc.) peuvent les rendre particulièrement précieuses ou avoir une signification particulière sur le plan économique, social, spirituel ou symbolique. Leur origine et leur ouvrabilité peuvent également leur avoir conféré une certaine valeur.

Les zéolites roses et les amazonites turquoise étaient les perles de pierre les plus courantes sur le site de Lothagam North, représentant plus des trois quarts de l'assemblage. Celui-ci ressemblait beaucoup au site de Jarigole, situé de l'autre côté du lac. Les sites sont distants de centaines de kilomètres, avec le lac Turkana entre les deux, ce qui suggère un lien culturel entre eux.

En revanche, les types de perles à Manemanya étaient différents : pour la plupart des perles de calcite rose plus douces et plus pâles et blanc cassé qui étaient assez grosses. De plus, alors qu'à Lothagam North on ne trouvait souvent que quelques perles chez un individu, une personne à Manemanya a été enterrée avec plus de 300 perles de pierre et plus de 10 000 perles de coquille d'œuf d'autruche.

Cela suggère que même si les perles de pierre étaient un point commun sur tous les sites, des distinctions – et des significations distinctes pour différentes personnes – existaient.

Les chercheurs voulaient également savoir si les perles étaient produites à partir de sources locales (à quelques jours de marche) ou acquises lors de voyages ou de commerce sur de longues distances. L'approvisionnement nous permet de reconstituer partiellement la manière dont les premiers pasteurs se déplaçaient dans le paysage au cours de l'année.

Une étude des zones situées à l'ouest du lac Turkana et une recherche dans la littérature publiée sur la géologie de la région ont permis d'identifier les endroits d'où ces matériaux pourraient provenir.

Il existe des sources possibles pour la plupart de ces matériaux dans un rayon d'environ 150 km autour des sites des piliers. Il est possible que des roches calcaires aient été facilement obtenues près du lac. Certains des matériaux les plus résistants, comme les calcédoines, auraient pu être transportés vers la région du lac par les rivières, pour être récupérés peut-être par quelqu'un qui abreuvait le bétail ou allait chercher l'eau d'un ruisseau. D'autres minéraux proviennent d'une source spécifique. La variété des types de perles démontre que les gens connaissaient bien leur paysage.

Parfois, ils faisaient tout leur possible pour obtenir certains minéraux, ou peut-être les échangeaient. Les sources connues d'amazonite et de fluorite les plus proches se trouvent respectivement à  225 km, dans le sud de l'Éthiopie ; et  350 km, près de la ville moderne d'Eldoret, au Kenya. Cela suggère que la fabrication de perles n’était pas seulement une affaire fortuite ; le choix des matériaux était intentionnel.

Les premiers éleveurs du bassin du Turkana obtenaient des matériaux provenant de lieux locaux et éloignés et les façonnaient en parures personnelles. Ces perles de pierre étaient placées auprès des morts, en nombre et en combinaisons qui différaient selon l'individu et le lieu.

On ne sait pas encore exactement ce qu'ils voulaient dire, mais les recherches futures dans le bassin du Turkana continueront d'explorer la vie et l'héritage de ces éleveurs pionniers alors qu'ils évoluaient dans de nouveaux paysages environnementaux et sociaux.

https://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/

Shares: