dimanche, 03/03/2024
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

10/11/2023 15:29 328
Rating: 0/5 (0 votes)

Une équipe de scientifiques spécialisés dans les isotopes, du British Geological Survey (BGS) et de l'Université de Cardiff, a mené des recherches qui ont permis de développer une nouvelle méthode analytique permettant d'identifier les restes archéologiques d'humains et d'animaux qui habitaient autrefois les zones humides. 

 

Glastonbury Tor s'élève au-dessus des zones humides de basse altitude des Somerset Levels, l'une des zones d'échantillonnage pour la nouvelle recherche. Photo: BGS © UKRI.

La méthode fournit aux archéologues un outil supplémentaire pour explorer la mobilité humaine et animale dans le passé.

L'identification des mouvements humains et animaux constitue depuis longtemps une activité importante en archéologie. L’analyse isotopique fournit des données directes à cet égard et est utile pour identifier les individus non locaux et les schémas de migration.

La nouvelle recherche a exploré le potentiel des valeurs isotopiques à faible teneur en soufre, souvent négatives, auparavant non diagnostiquées, pour identifier les habitants des zones humides. Cela a été réalisé en testant l'hypothèse selon laquelle les argiles imperméables, qu'abritent souvent les zones humides, produiront de faibles valeurs isotopiques de soufre en raison à la fois du substrat sous-jacent et des conditions rédox.

Collecte d'échantillons

Pour caractériser la biogéographie soufrée moderne des environnements humides typiques, les chercheurs ont collecté et analysé 58 échantillons de plantes modernes prélevés dans des zones recouvrant des roches jurassiques dans le sud de l'Angleterre. 

L'échantillonnage ciblait les zones archéologiquement importantes des Somerset Levels et des Cambridgeshire Fens. 

Les rapports isotopiques du soufre ont également été extraits du collagène osseux de 65 échantillons de fossiles de faune provenant de sites archéologiques des deux régions et analysés pour comparer avec les données modernes et vérifier si cette relation était valable pour les échantillons archéologiques. Pour comprendre si les signaux des plantes étaient transmis à la faune tout au long de la chaîne alimentaire, les isotopes du soufre présents dans le collagène osseux moderne, extrait de neuf animaux de ferme élevés dans ces régions, ont également été analysés.

Un outil supplémentaire pour les archéologues

Parmi les échantillons testés, 60 % ont donné une valeur inférieure à zéro, les ensembles de données modernes donnant des valeurs plus négatives pour les régions orientales du Cambridgeshire que pour l'Oxfordshire et le Somerset. 

Les plantes ont montré une corrélation entre la composition isotopique du soufre et l’altitude, ce qui conforte l’idée selon laquelle les zones humides de basse altitude fournissent les valeurs les plus négatives à l’environnement.

Ces résultats soutiennent l'interprétation selon laquelle des valeurs isotopiques du soufre relativement faibles ou négatives indiquent la croissance et le pâturage de la végétation et de la faune dans les régions de zones humides reposant sur des argiles jurassiques. 

Les données de cette étude font partie d’une nouvelle carte de domaine isotopique BGS (voir ci-dessous).

 
Carte des domaines isotopiques du soufre pour les plantes. Image: BGS © UKRI.

En conséquence, les anciens humains et animaux des zones humides, ou qui ont acquis leur nourriture dans les zones humides, peuvent être identifiés à l’aide de méthodes analytiques primaires. Cela fournit aux archéologues un outil supplémentaire pour explorer la gestion des animaux et la mobilité humaine et animale dans le passé.

https://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/

Shares: