vendredi, 17/05/2024
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

11/04/2024 14:30 223
Rating: 0/5 (0 votes)

 

Un Britannique possédait sans le savoir deux rares vases en porcelaine de la Chine impériale. ©Nesbits Auctions

Après avoir fait le tri dans le grenier de ses parents, un Britannique met aux enchères une paire de vases chinois estimée seulement 117 euros. Adjugés finalement pour 303 000 euros, ces précieux objets, peints dans le style Ming, datent en réalité du XVIIIe siècle.

Comment des précieux vases de la Chine impériale ont-ils bien pu ressurgir dans le grenier d’une maison à Portsmouth (sud de l’Angleterre) ? Le 6 mars dernier, un particulier de la « classe ouvrière » de 30 ans a mis aux enchères deux objets retrouvés alors qu’il vidait le domicile de sa mère, selon le média britannique « Daily Mail ». Estimés d’abord £100 (environ 117 €), les vases ont été adjugés £260 000 (près de 303 000 €) après 20 minutes d’enchères chez Nesbits Auctions à Southsea, soit 2 600 fois leur estimation initiale.

La remise en question de l’estimation après la mise en ligne de photos

Prises pour des reproductions modernes au vu de leur parfait état de conservation, les deux porcelaines n’étaient pas jugées initialement à leur juste valeur par les experts locaux. Ce n’est que lorsque Nesbits Auctions a mis en ligne des photos des objets que leur estimation a été remise en question. « Nous n’avions jamais eu de paire de vases comme celle-ci auparavant », nous confie Daniel Tricker, responsable de la vente, contacté par « Connaissance des Arts ». Avant même le grand jour, ils ont suscité un grand intérêt et attiré des potentiels enchérisseurs. Certains d’entre eux ont même fait le déplacement pour venir les voir de leurs propres yeux et les manipuler.

 
 
Les deux porcelaines étaient conservées dans le grenier d’une maison à Portsmouth. ©Nesbits Auctions

Les deux objets en porcelaine du XVIIIe siècle, de 24 cm de haut chacun, sont des gourdes bianhu ou yueping. Il s’agit de flacons en forme de « pleine lune » qui reprennent la forme des gourdes de pèlerin en cuir ou en métal du monde islamique, destinées à contenir du vin. Ils présentent ici des décors bleus sur fond blanc réalisé à l’aide d’oxyde de cobalt, également appelé le « bleu musulman », importé depuis le Moyen-Orient.

Un cadeau d’anniversaire sous la Chine impériale du XVIIIe siècle ?

Les flacons sont ornés de motifs de chauves-souris (fu) et de pêches (shoutoa), entourées d’ornementations végétales. Ces deux motifs ont des significations particulières dans la culture chinoise. Les chauves-souris représentent la richesse, la vertu, la santé, le bonheur et une mort paisible, tandis que les pêches sont associées au dieu taoïste de la longévité Shouloa et symbolisent la santé, le bonheur et le printemps. Ces deux motifs associés portent un message de bon augure et forment la bénédiction « Puissiez-vous avoir les deux », d’après le média britannique « Antiques Trade Gazette ». Ce message pourrait indiquer que les deux vases étaient destinés à être offerts en cadeau d’anniversaire.

 
 
On retrouve le marquage de l’empereur Qianlong sur la base des gourdes. ©Nesbits Auctions

Un hommage au style Ming pour asseoir la légitimité de l’empereur Qianlong

La base des gourdes porte le marquage à six caractères de Qianlong (1736-1795), quatrième empereur de la dynastie Qing, érudit et grand collectionneur d’antiquités. Les deux objets imitent le style Ming et sont inspirés de pièces anciennes que le souverain conservait dans ses collections. Ils s’inscrivent dans un ensemble de productions raffinées que les artisans chinois ont façonné pour la cour de l’empereur qui s’intéressait particulièrement à la céramique. Ces prouesses techniques avaient pour but d’asseoir la légitimité de Qianlong sur le trône de Chine.

Le prix de vente final de ces deux porcelaines témoigne de l’engouement des collectionneurs pour les pièces impériales chinoises. En 2020, un autre vase Qianlong avait été adjugé à plus de 2 millions d’euros à Paris lors d’une vente organisée par la maison Ader.

https://www.connaissancedesarts.com/

Shares: